27/03/2015

14 Mauvais Prétextes Pour Ne Pas Lancer sa Start-up



Créer son entreprise : mission impossible ?

De trop nombreuses excuses sont invoquées lorsque je veux convaincre mon entourage - incluant des amis, des anciens collègues et quelques proches domiciliés en aussi bien en Afrique qu’en Europe - de monter leur propre affaire. Le fait de s'excuser en permanence est un signe de faiblesse, dit-on…

Je me suis amusé à recenser 14 excuses qui me sont revenues à l’esprit, en espérant que vous ne serez pas amené à adopter un profil bas et une attitude plutôt défaitiste, tout à l’opposé de « l’esprit Start-up ».



1°) « Je ne trouverai pas de travailleurs qualifiés … »

Pourtant, il existe de nombreuses associations d’anciens élèves de grandes écoles tels que l’Association des Etudiants de Sciences Po pour l'Afrique, l’African Business Club ou des sites d’offres d’emploi dédiés à l’Afrique comme JobAfrique, AfriCarrière ou AfriqueEmplois.net, au sein desquels vous trouverez à coup sûr des profils en parfaite adéquation avec le poste que vous proposez.
D’autre part, il n’est pas nécessaire de chercher des personnes surdiplomés ayant obtenu des qualifications à l’international. Chaque pays d’Afrique dispose d’un immense réservoir de talents diversifiés, créateurs et novateurs, le plus souvent des autodidactes ayant déjà « mis les mains dans le cambouis », au regard du poste concerné.



 2°) « Je n’y connais rien en matière de finance … »

Pour démarrer votre activité, vous devez disposer d’un minimum de connaissances pour gérer votre trésorerie. Toutefois, il n’est pas nécessaire de maîtriser des techniques très pointues en comptabilité, surtout si vous avez l’intention de recruter un comptable.


3°) « J’ai peur à l’idée de créer une entreprise … »

De nombreuses personnes expriment une réticence à essayer de nouvelles choses. Cependant, vous pouvez canaliser votre anxiété et votre stress. Considérez vos inquiétudes comme une source de motivation, et tentez de vaincre vos peurs.


4°) « Je déteste faire des discours en public … »

Si le fait de parler devant un parterre d’un cinquantaine de clients, de fournisseurs ou faire un pitch face à un business angel  qui veut investir dans le capital de votre société vous provoque une peur paralysante, il peut s'avérer fort utile d’embaucher une autre personne plus douée que vous pour effectuer cette tâche.


5°) « le marché est déjà inondé de ce genre de gadgets ; pas la peine de monter son affaire pour vendre les mêmes produits ! »

Des experts spécialisés dans l'accompagnement des entreprises vous dissuaderont d’écouler  votre production sur un marché déjà saturé. Mais que faire si votre concept est réellement novateur, gage de succès commercial ?



6°) « je n’ai pas l’étoffe d’un dirigeant »

Ce n’est pas forcément une mauvaise chose que vous vous demandez si vous possédez les qualités requises pour diriger une entreprise. Vous adoptez une attitude saine et responsable vis-à-vis du métier d'entrepreneur, de votre personne et surtout à l’égard du concept de leadership.  Vous devez juste travailler dur pour remporter l’adhésion des membres de votre équipe à la vision stratégique de votre startup et les convaincre de vous suivre.



7°) « Je manque de confiance en moi … »

Le fait de ne pas avoir confiance en vos propres capacités peut être un obstacle à la réussite de votre startup. Comme pour vos difficultés de la vie quotidienne que  vous devez affronter, vous pouvez les surmonter en vous tenant informé, en obtenant des conseils de tierces personnes, en changeant votre façon de penser et de voir les choses.


8°) « Je me laisse facilement distraire… »

Le fait d’être distrait par un évènement imprévu ou d’être parfois « dans la lune » sera sans aucun doute préjudiciable à vos occupations professionnelles, aux objectifs que vous vous fixerez et à vos performances. A vrai dire, tout le monde a déjà été confronté à ce genre de situation. Il existe de nombreuses techniques pour améliorer votre capacité de concentration et de mémorisation. Vous devez surtout savoir vous entourer des personnes pour vous accompagner dans vos taches.


9°) « Mes revenus seront aléatoires … »

Le montant de votre paye a un impact direct sur les comptes de votre société. De ce fait, il est évident que vous ne vous attribuerez pas mensuellement une rémunération si votre entreprise est en phase de démarrage et vous serez tenté de vous rémunérer essentiellement sur les bénéfices lorsque l’occasion se présentera, c’est-à-dire dans trois ans, voire cinq ans. Cependant, il n'y a rien de mieux que de vous motiver à augmenter vos revenus et rendre votre start-up prospère dans un laps de temps très court.


10°) « Je ne suis pas diplômé d’une Ecole de commerce ou d’une université …»

Bill Gates (Microsoft), le défunt Steve Jobs (Apple), Mark Zuckerberg (Facebook) etc. Ces entrepreneurs sont devenus célèbres en bâtissant des empires.
Lequel d’entre eux a pu décrocher son diplôme de fin d’études ? Je vous laisse deviner …


11°) « Je n’aime pas la vente … »

La difficulté éprouvée à interagir avec les clients ou à être directement confronté aux gens peut constituer un obstacle majeur à l’exercice du métier de vendeur ou de négociateur. Vous n’aimez peut-être pas défier les personnes qui pensent différemment ou qui n’aiment pas votre produit. Pourtant, la vente est quelque chose que vous pouvez parfaitement apprendre à faire, sans que cela vous paraisse une contrainte.



12°) « J’ai déjà créé une entreprise ; ça n’a pas marché ! »

Vous pouvez tirer des leçons de vos échecs qui peuvent constituer un pas de plus vers la réussite de votre start-up. D’une certaine manière, vos expériences et vos connaissances tirées du passé vous donnent l’occasion de prendre les dispositions nécessaires afin que votre projet fonctionne.


13°) « Je ne sais pas comment obtenir des financements… »

Redisons-le pour que les choses soient claires : les investisseurs ont besoin de vous autant que vous avez besoin d’eux. Si vous disposez d’une idée géniale susceptible de lancer votre activité, soyez assuré que ces derniers n’hésiteront pas à entrer au capital de votre start-up, car ils sont eux-mêmes en quête d’un retour rapide sur investissement en vue de faire fructifier leur argent.



14°) « Si je crée mon entreprise, je vais payer trop d’impôt… »

Il est indéniablement que les prélèvements fiscaux peuvent constituer une entrave à l’initiative  entrepreneuriale. Pourtant, des pays tels que la France, la Suède ou l’Italie possèdent un « écosystème startup » bien étoffé, malgré leur fiscalité élevée.
L’impôt est un prétexte bien trop maigre  pour ne pas lancer son activité.



     


Pour aller plus loin :


                                           

                                Contributeur: Harley McKenson
Fondateur & Gérant de www.McKenson-Invest.com
            Suivez nous sur twitter : Start-up & Co