22/01/2014

Ce Que Tout Investisseur Devrait Savoir Sur l'Afrique

AfricaRising

LAfrique peut désormais revendiquer à juste titre le statut d’Eldorado du XXIe siècle et celui de la  « Nouvelle Frontière » pour investir et entreprendre. Elle a entamé depuis quelques décennies de profondes réformes et des restructurations de son économie et connait aujourd’hui une croissance économique plus forte que celle constatée dans n’importe quelle autre région du monde. Sa faible intégration dans les réseaux industriels et financiers mondiaux, la crise économique qui persiste dans certains pays hors du continent et la timide relance économique dans d’autres offrent aux nations africaines l’occasion de jeter les bases d’un développement soutenu et à forte intensité de main d’œuvre.
La Cote d’Ivoire, à la recherche de son prestige économique d’antan,  actionne les leviers d’une diplomatie économique et vante les atouts de son économie en pleine renaissance pour apparaître à nouveau dans les radars des investisseurs internationaux. Des domaines non pétroliers comme la construction et l'hôtellerie se développent à la vitesse Grand V à Lagos, la capitale économique du Nigéria, dont l’économie a dépassé celle de l’Afrique du Sud. Le Kenya, une nation où le dynamisme entrepreneurial est très positif, ambitionne de passer au stade de l’économie numérique avec le projet Konza city, baptisé également « Silicon Savannah » un pôle technologique en vue d’être la Silicon Valley de l’Afrique. Les multinationales se bousculent en Ethiopie, un pays dont la vigueur de son économie fait taire les croyances sur la famine longtemps restée dans l’imaginaire. Au Rwanda, une nation qui est sortie d’une guerre civile, l'économie dont le taux de croissance est parmi les plus élevés en Afrique possède le potentiel lui permettant d'atteindre un rythme de croissance économique beaucoup plus soutenu. L’Angola, puissance financière et pétrolière, se développe à très grande vitesse, au point de se permettre le luxe d’acheter une partie de la dette du Portugal. Le Ghana est récemment devenu un pays émergent à revenu intermédiaire. D’où la nécessité de s’habituer à entendre un nouvel acronyme qui résume à lui seul l’essor de l’Afrique : The K.I.N.G.s (K : Kenya, I : Ivory Coast, N : Nigeria, G : Ghana).


Une Transition Vers La Démocratie



Démocratie en Afrique
 De grands efforts sont faits afin de  promouvoir la bonne gouvernance et la démocratie, des conditions nécessaires pour accroître l'attractivité de l'Afrique. Le Ghana est aujourd'hui l'un des pays les plus stables de la région et peut se tenir comme un exemple du système démocratique. L’Île Maurice, la Tanzanie et le Mozambique ont adopté des systèmes politiques multipartites pacifiques. Botswana est considéré comme un modèle de démocratie parlementaire et a des indicateurs élevés de gouvernance.


A lire également: " L'Etat de l'Afrique en 2070; Quand la Finance Devient Un Enjeu Géopolitique.

La Chine, à l’Origine Du Regain d'Intérêt Des Investisseurs Pour l’Afrique


ChinAfrique

La Chine a été l’origine du regain d’intérêt des investisseurs pour l’Afrique, une région du monde qui recèle plus de la moitié des réserves de la planète de cobalt, de manganèse, de café, de cacao, d’huile de palme, d’or, qui détient du platine et de l’uranium en abondance et qui possède près une partie non négligeable du pétrole vendu sur le marché mondial. Le rush chinois sur les matières premières et le pétrole a mis le continent africain sous les feux des projecteurs a permis une croissance importante dans plusieurs pays comme l'Angola ou la Zambie. La poussée internationale de la Chine a commencé sur le continent africain, sorte de laboratoire stratégique dès les années 1990. Certains projets de collaboration, surtout en agriculture et en santé, ont même commencé dans les années 1980. Le phénomène est devenu plus évident depuis le début des années 2000. Les compagnies de construction, les minières, les pétrolières et même les entreprises de télécommunications chinoises sont présentes dans presque tous les pays du continent africain. C'est d'abord pour répondre à ses besoins énormes de matières premières que la Chine a multiplié les investissements en Afrique. Le retrait, au cours des dernières années, d’entreprises occidentales a ouvert la voie à des investissements provenant de pays arabes, de Chine et de l’Inde. La Chine a compris que l'Afrique est en train de changer. Elle y commerce, elle y apporte du capital, elle y forme des élites qui parleront chinois. Profitant du vide laissé par des entreprises occidentales, l'Inde, les pays arabophones et la Chine, n'ont pas cessé depuis plusieurs années de s'intéresser au continent noir. Les États-Unis via l’Administration Obama sont maintenant convaincus de l'importance d’instaurer un climat propice au développement de relations économiques avec le continent. Consciente qu’elle n’a pas su tirer profit des liens privilégiés avec le continent, la France, désormais supplantée par la Chine devenu le premier partenaire commercial, veut changer les objets de son partenariat pour combler son retard en matière de stratégie face aux Américains, Indiens et Brésiliens. La course aux investissements étrangers dans la région est tellement disputée qu’elle est source de tension diplomatique disproportionnée entre les deux géants asiatiques, la Chine et le Japon. Les opérateurs émergents ont également compris cette dynamique et se lancent à l'assaut du continent, des investisseurs nigérians, sud-africains ou marocains par exemple.






Une révolution entrepreneuriale en marche ?


Porteur de projet Aujourd’hui, l’Afrique, forte d’une superficie deux fois plus grande que les États-Unis, offre le plus vaste marché émergent de consommateurs (hormis la Chine et l’Inde) soit un milliard d’habitant qui s'ouvre au reste du monde. L'émergence d’une classe moyenne, principalement urbaine, s’accompagne de nouveaux besoins tels que se nourrir, se loger, se vêtir, communiquer ou encore se déplacer. Les entreprises qui réussissent à se développer sur le continent sont celles qui savent répondre aux besoins de ces nouveaux consommateurs. Cela prouve que le pétrole, l’or et le gaz ne sont plus les seules opportunités d’investissement. Des parts de marché sont à prendre aujourd'hui. On assiste à l'émergence d'un véritable marché intérieur qui est le principal moteur de la croissance africaine. Un certain nombre d'investisseurs l'ont déjà compris. De nombreux projets fleurissent et les secteurs d'avenir sont réels, destinés aux marchés locaux : la finance, les logements, les infrastructures urbaines, l’énergie solaire, l’eau, les agro-industries, l’agriculture high-tech et le secteur de la publicité. Les téléphones portables et les secteurs des logiciels  ont pris leur envol. Toutes ces opportunités d’investissement sont à la portée des entrepreneurs audacieux et vont constituer le principal élément déclencheur d’une révolution entrepreneuriale


A Lire également : Afrique: les 7 Signes Qui Montrent Que Vous Êtes Entrepreneur



Concours ABC Innovation pour entrepreneurs et startups
Dans ce contexte de forte croissance et d'émergence de nouveaux pôles de stabilité politique, la plateforme en ligne de mise en relation  Business Angel / Start-up McKenson Invest permet d'approcher des investisseurs en toute simplicité  et a renforcé son engagement auprès des porteurs de projet en s'associant à l'édition 2013 du concours ABC Innovation. Le concours récompense chaque année les lauréats qui lancent un projet innovant ou à fort potentiel de croissance à destination de l’Afrique. En 2014, les résultats concernant le nombre de candidatures  avait dépassé toutes les attentes, ce qui illustre sans exagération l’actuel dynamisme entrepreneurial sur le continent. A cette occasion, un  jury composé du représentant du site McKenson Invest  , des représentants de fonds d'investissement et des entrepreneurs expérimentés,  avait désigné  M. Makonnen Melaku le fondateur de GAPE Ferme Plc., une société spécialisée dans la production laitière à l'échelle industrielle en Ethiopie.




Pour aller plus loin :

Ces start-ups qui font briller la scène tech kenyane   (Source : Le monde Afrique)

De Lagos à Abuja, les start-ups dessinent le visage d'un autre Nigeria (Source : Le Monde Afrique)

Le mobile provoque un boom des start-ups en Afrique   (Source : les Echos)






                                       Harley McKenson
Fondateur de www.McKenson-Invest.com
Suivez nous sur Twitter :     Startups & Co